LE COURAGE ET LA LUTTE

Le salon de l’hôtel de ville de Paris affichait complet pour cette soirée inaugurale de la journée internationale des femmes, placée cette année sous le marrainage d’Estela Carlotto, présidente de l’association des Grands-mères de la place de Mai.
Après une présentation des actions menées depuis 2001, par la mairie de Paris, pour donner tout son sens à une politique de l’égalité des sexes, Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris “Bertrand Delanoë", a invité les représentantes des associations des mères et grands-mères de la place de Mai, afin de leur remettre la médaille de la ville de Paris pour leur combat infatigable face à la dictature argentine et aux crimes qu’elle a engendrés de 1976 à 1983. L’occasion pour elles de dire les raisons de leur combat et de répéter que le travail est encore long et les obstacles encore nombreux pour que toutes les vérités soient connues et que la justice puisse remplir ses missions auprès des victimes. Chacune a dédié cette médaille et ce grand moment de communion à leur fille disparue Laura et Alejandra et à travers elles à toutes les femmes argentines, qui comme elles, ont perdu leur enfant et qui, depuis trente ans, demandent que justice soit rendue pour ces crimes barbares.
Ce combat donne aujourd’hui la mesure de luttes qui ne restent pas vaines. Bien au contraire, leur exemple est source d’étude et d’exemple pour toutes les femmes qui luttent et souffrent dans d’autres pays et qui connaissent ou ont connu des actes semblables d’ignominie et dont les efforts de survie passent par des demandes de justice et de droit afin que l’histoire de ces crimes ne s’évapore pas dans l’oubli trop facile.
Dans bien des cas les femmes restent seules pour faire face aux conséquences quand elles ne sont pas directement victimes elles aussi des barbaries des hommes. Seules pour faire vivre leurs familles, face à la maladie, les séquelles, la sous-alimentation. Une torture secondaire qui s’ajoute mais dont leurs luttes et la rage de vaincre ont raison pour laisser un filet de vie à la vie. C’est leur courage qui fut au coeur de cette soirée par delà les mères d’Argentine qui ont porté haut le drapeau du courage et de la lutte
.


Jean -François Dray

“ESTELA CARLOTTO et CARMEN LAPACO”
invitées d’honneur de la mairie de Paris le 8 mars 2007, lors de la journée internationale des femmes..

retour
LA MAISON DE L'AMERIQUE LATINE

217, Boulevard Saint-Germain

75007 PARIS
Estela Carlotto à la tribune de l'Hôtel de Ville de Paris.

crédit photos : JFDray 2007

- Haut de page -

Carmen Lapacó, Membre de l’Association Mères de la Place de Mai, ligne fondatrice au micro pour rappeler le long parcours des luttes des femmes qui au début, rien qu’une poignée ont osé réclamer des comptes aux militaires sur la disparition de leurs êtres chers et qui prenant la place de Mai comme lieu de leur combat, face à la maison du gouvernement ont commencé leur ronde incessante avec leur foulard blanc symbole parmi les symboles que toute l’Argentine reconnait.
 
Estela CARLOTTO, Présidente de l’association des grands-mères de la place de Mai et Carmen LAPACO, membre de l’association des mères de la place de Mai ont reçu la médaille de la ville de Paris lors de la soirée inaugurale de la journée Internationale des femmes, soirée placée sous le marrainage d’Estela Carlotto.