Nos ouvrages

--Haut de page -

ARGENTINE -  Enjeux et racines d'une société

Les textes ici réunis sont issus d’une aventure(*) individuelle et collective appelée Observatoire de l’Argentine Contemporaine. Quand nous avons lancé, le 10 octobre 2001, à la Maison de l’Amérique latine, le premier cycle de conférences mensuelles destinées à « mieux comprendre et mieux faire comprendre les enjeux majeurs de la société argentine contemporaine » nous étions bien placés pour affirmer qu’il existait un vide concernant l’Argentine en France. Ce vide nous semblait particulièrement frappant dans le domaine des sciences humaines et sociales, aussi bien au niveau de l’enseignement universitaire que de la recherche scientifique. Le succès public rencontré par nos conférences mit alors en évidence la justesse de notre diagnostic mais aussi la pertinence d’une démarche comparatiste qui faisait appel à des spécialistes confirmés dans des disciplines aussi diverses que l’histoire, l’économie, le droit, la sociologie, la politologie, la philosophie, la géographie, l’anthropologie ou la psychologie. ...

L' ARGENTINE DE MES RÊVES

L'Observatoire de l'Argentine Contemporaine réunit des spécialistes de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, des personnalités issues des milieux de la recherche, de l'université, de l'entreprise et de la société civile qui partagent leur inquiétude pour le sort de l'Argentine, son histoire, son présent et son avenir.
Confrontés à l'effondrement argentin de décembre 2001, l'un des grands bouleversements de notre troisième millénaire, nous ne pouvions pas nous cantonner au rôle des spécialistes-spectateurs. Nous avons ainsi imaginé une réponse créative et solidaire, 100 TABLEAUX POUR L'ARGENTINE, une exposition-vente des tableaux de peintres argentins et latinoaméricains organisée avec le concours de la Maison de IAmérique Latine, en décembre 2002. Avec les recettes de la vente des tableaux à Paris nous avons soutenu des projets issus des quartiers de la ville de Buenos Aires et de leurs assemblées de voisins : la coopérative "La Asamblearia" du quartier de Núnez, le centre de santé et d'aide à l'enfance "Torquato Tasso" du quartier de La Boca, les restaurants du coeur et centres culturels des quartiers de San Telmo, Congreso et Parque Avellaneda.
L'exposition vente solidaire "L' Argentine de mes rêves" nous donne aujourd'hui
l'occasion de conclure ce travail d'aide envers la société civile argentine. Cela est rendu possible par l'accueil généreux du Sénat de la République française et de son Groupe d'Amitié France-Amérique du Sud.

LA COLOMBE ENTRAVÉE

« Dans le langage carcéral, la “colombe“ est un objet ou un message que l’on fait parvenir d'une cellule à une autre, au moyen d'une corde. Si la “colombe” doit aller d'une cour à une autre, on lui attache un objet lourd, généralement un morceau de carrelage trouvé lors d’une promenade,
et on lui impulse un mouvement de balancier à travers les barreaux des fenêtres.
Être “engomado”, dans les prisons argentines, c’est être enfermé, en cage.
La paloma engomada c’était le nom que notre groupe politique avait donné à un journal que nous publiions à Devoto. Il contenait des commentaires, des analyses, et demandait un effort incroyable.
Nous l'écrivions, le préparions et le sortions clandestinement. »
Extrait du récit « La paloma engomada (La colombe entravée) »

« La reconstruction d’une société qui a reçu tant de blessures nécessite
un travail de mémoire obstiné.
A un moment où l’humanité est noyée dans la dérive individualiste, ces témoignages traduisent
une sensibilité chaque jour plus nécessaire. Carlos et Félix font défiler des personnages
et des situations avec simplicité.
Ils décrivent la torture, l’enfer des prisons ou des champs de concentration, ces terribles situations qui déchaînèrent avec une impunité féroce, après la mort de Perón, une répression inédite imposée à des dizaines de milliers d’habitants du Cône Sud. De plus, Félix et Carlos emploient un langage clair et direct comme s’ils étaient dans leur cercle de famille ou d’amis, quand, les yeux dans les yeux, on se retrouve autour d’un maté complice.
Enfin, comme partie intégrante du livre, une histoire d’amour le traverse. Elle permet à une adolescente candide issue d’une famille juive de parcourir le chemin de la solidarité. »
Extrait de la préface de Miguel Angel Estrella

« Au cours des longs mois de travail d’écriture qui ont suivi, j’ai pensé que “notre” cercle n’était pas le premier mais plutôt le deuxième. L’immense majorité des Argentins a vécu dans le premier, en effet, enfermée dans un enfer sans grillages et sans murs. Un enfer cerné par la terreur, l’angoisse, l’interdiction de penser et même de rire.
Nous avons tous été des victimes. Il est très important pour nous de revendiquer cette idée. C’est un des objectifs de ce livre.
Voilà pourquoi ce peuple n’oublie ni ne pardonne. Nul n’est exempt du travail de mémoire. »

Extrait du prologue de Félix Kaufma
n

L' Argentine après la débâcle. Itinéraire d'une recomposition inédite Préface d'Alain Rouquié

L’Argentine  ne cessera jamais de nous surprendre. Tous les pays du monde traversent des crises, l’Argentine affronte quant à elle des catastrophes. Les « évènements traumatisants », il est vrai, ne l’ont guère épargnée ces trente dernières années. A chaque tourmente, alors que l’on croit que le pays touche le fond du gouffre celui-ci semble se dérober. Comme si, à l’instar du « malheur russe » exploré par Hélène Carrère d’Encausse, on pouvait invoquer un « malheur argentin ». Pourtant ce pays si bien doté pour une prospérité tranquille, garde une capacité de résilience à la hauteur de ses débâcles. Le présent ouvrage s’attache justement à rendre compte d’un de ces prodigieux rebonds.
     Ce livre issu de conférences présentées dans le cadre  stimulant de l’Observatoire de l’Argentine Contemporaine, analyse dans une approche pluridisciplinaire et pluraliste la réalité imprévue des quatre dernières années de la vie nationale argentine. Il constitue également un premier bilan de la présidence de Nestor Kirchner à quelques mois  des élections présidentielles de 2007. Parce que chacun de ses chapitres est aussi un témoignage sur le présent, on ne saurait trop conseiller de le lire à la lumière de l’ouvrage collectif publié précédemment  par Diana Quattrocchi-Woisson et intitulé Argentine,enjeux et racines d’une société en crise (Paris, 2003, Le Félin/Tiempo Editions). En effet la référence à ce livre qui radiographiait l’ « annus horribilis »  de 2001 et le « bord du précipice » en 2002 est indispensable pour appréhender la situation d’aujourd’hui  et notamment l’ampleur et la rapidité des changements intervenus. Car l’Argentine revient de loin.

Extraits de la préface d'Alain Rouquié - Edition Houdiard 2007

MAISON DE L'AMERIQUE LATINE

217, Boulevard Saint-Germain

75007 PARIS